Permettre aux victimes de se reconstruire durablement.

Nous souhaitons offrir aux victimes de violences en cuisine (physiques, psychologiques, sexuelles ou discriminatoires) une écoute active et bienveillante, ainsi qu'un soutien répondant à ses demandes dans la mesure de nos moyens. Dans ce cadre, nous invitons toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à nous contacter par mail ou par téléphone. Nous reviendrons vers vous dès que possible !

Ultérieurement, nous souhaitons pouvoir étendre notre action et créer une véritable helpline dédiée aux victimes de violences dans la restauration tenue par des bénévoles professionnel(le)s de la restauration à même d'enrichir leur activité de leur expérience des métiers du secteur. Nous voudrions également mettre à leur disposition un accompagnement par des thérapies nouvelles de psychologie positive (hypnothérapie, EMDR...).

Notre équipe d'avocats peut conseiller les victimes sur les démarches judiciaires à suivre et les accompagner devant toutes les juridictions (prud'hommes, tribunal correctionnel et cour d'assises). 

 

Dans le cadre d'une procédure pénale, notre équipe peut aider les victimes à porter plainte et, le cas échéant, les assister durant l'instruction et le procès

JUSTICE PÉNALE
- Approche punitive -

APPROCHE TRADITIONNELLE

La victime d'une contravention (par exemple : une injure non publique), d'un délit (par exemple : le harcèlement moral) ou d'un crime (par exemple : un viol) peut poursuivre l'auteur de l'infraction devant le juge pénal afin d'obtenir le prononcé d'une peine.

 

Elle peut aussi se voir octroyer des dommages et intérêts, par exemple en se constituant partie civile lors d'un procès pénal afin d'être indemnisée pour le préjudice subi (qui peut être physique, moral, ou matériel, voire une combinaison). L'auteur de l'infraction peut également être condamné à payer une somme destinée à couvrir les frais engagés pour le procès.

JUSTICE RESTAURATIVE
- Approche réparatrice -

APPROCHE COMPLÉMENTAIRE POSITIVE

Pour aider les victimes à se reconstruire, le modèle de justice restaurative peut constituer une solution. Son objectif n'est pas de punir les auteurs, mais de rétablir la paix sociale. 

 

Pour cela, la justice restaurative fait dialoguer victimes et auteurs d’infractions (qu’ils soient concernés par la même affaire ou non).  Ainsi, les parties peuvent envisager ensemble les conséquences de l'acte et trouver des solutions pour le dépasser. Les mesures prises visent à réparer le lien social et à prévenir la récidive (source : site du Ministère de la ustice). 

 

Inscrite dans une directive de l’Union européenne du 25 octobre 2012, la justice restaurative a été consacrée en France par une loi d'août 2014. Le Code de procédure pénale prévoit que des mesures de justice restaurative peuvent être instaurées "à l’occasion de toute procédure pénale et à tous les stades de la procédure, y compris lors de l'’exécution de la peine".  Sur le plan international, la justice restaurative a fait ses preuves notamment aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande.